L’actualité européenne des Balkans

Une petite pause…
8 octobre, 2009, 19:32
Classé dans : Non classé

Bonjour à tous!

Je me consacre depuis quelques temps à un autre blog. Le temps me manque, malheureusement, pour pouvoir écrire suffisamment… Ce blog est donc temporairement en sommeil. Cependant, vous pouvez continuer à me faire part de vos observations sur l’actualité des Balkans. A bientôt!



Thaci à l’Elysée pour une confirmation
10 juin, 2009, 18:51
Classé dans : Kosovo

Hashim Thaci, Premier Ministre du Kosovo, a poussé la porte de l’Elysée en début de semaine. Au programme de la rencontre avec le Président de la République: échanges commerciaux, respect des minorités et Union européenne.

L’indépendance « irréversible » du Kosovo, selon Nicolas Sarkozy,  doit logiquement conduire à terme à son intégration à l’UE. Une perspective que le Président a toutefois teinté de réalisme: malgré sa taille et sa faible population, qui pourraient faciliter une entrée rapide dans le club européen, le Kosovo est loin de satisfaire aux exigences de Bruxelles. Le règlement de la double question intérieure et extérieure serbe, notamment, est érigé en priorité, ce qui donne une idée du chemin à parcourir… De même, les 27 attendront du Kosovo une progression économique et sociale à la hauteur des fonds qui lui sont alloués. L’attention est beaucoup moins focalisée sur ce point, mais ne manquera pas de s’y porter le jour venu.

Reste que la visite de M. Thaci est avant tout un signe d’encouragement pour la population qu’il représente. Être reçu à l’Elysée et se voir ouvrir concrètement la route vers l’UE par l’un des chefs d’Etat les plus importants des 27 ne manquera pas de susciter la fierté des Kosovars, tout du moins albanais. Les réformes contraignantes à venir, indispensables pour l’avenir du Kosovo, seront peut-être un peu moins difficiles à faire accepter. Du côté de Belgrade, les mâchoires sont sans doute un peu plus serrées.



Joe Biden montre à l’UE ses propres limites
26 mai, 2009, 20:08
Classé dans : Bosnie-Herzegovine,Kosovo,Serbie,Turquie

La visite du Vice-président américain en Bosnie, au Kosovo et en Serbie, deux semaines avant les élections européennes, est venue rappeller à quel point la diplomatie communautaire a du mal à exister sur le territoire même du Continent. Reçu en héros à Pristina, Biden n’a pas eu grand mal à se faire acclamer. Auréolé de la reconnaissance par l’administration américaine précédente de l’indépendance du Kosovo, il a insisté sur le fait que, pour les Etats-Unis, « l’indépendance du Kosovo est irréversible ». Une opinion que l’ancien congressman a largement contribué à diffuser au Sénat américain avant d’accéder à la vice-présidence.

Belgrade était une étape autrement plus délicate. Quelques députés ultranationalistes n’ayant pas hésité à dénoncer la venue de « cette ordure nazie« . L’accueil par le président Tadic n’en fut pas moins chaleureux. Le soutien américain reste en effet incontournable pour les autorités serbes si elles souhaitent s’ouvrir davantage à l’Ouest tout en déserrant l’étreinte russe et, pourquoi pas, tracer un sillon vers l’UE. Perspective identique pour Sarajevo, première étape du voyage de Biden, qui a assuré les Bosniens de son soutien en vue d’une intégration européenne.

Ajoutons à cela l’impatience affichée par Obama quant à l’adhésion turque, sur ce sujet parfaitement en phase avec la position de son prédecesseur, et nous pourrons nous interroger sur l’opportunité d’une doctrine Monroe européenne.

Voilà une Union européenne bien pauvre en influence sur son propre continent, incapable d’une once de réprobation face à ce que l’on pourrait grossièrement dénoncer comme une ingérence si l’on considérait notre union comme politique.

Le 7 juin, on vote pour quoi exactement?



Le dilemme de Bruxelles en prévision de la candidature serbe
27 janvier, 2009, 14:32
Classé dans : Kosovo,Serbie

La scène politique serbe s’agite en ce début 2009. Objectif déclaré : entamer les négociations d’adhésion à l’Union européenne début 2010. Dans un premier temps, Belgrade veut déposer sa candidature avant la fin de la présidence tchèque, qui a érigé l’intégration des Balkans en priorité de son semestre. Le Conseil européen devra prendre ensuite la mesure de cette ambition européenne. Une ambition pleinement légitime, mais diplomatiquement délicate pour Bruxelles.

Depuis l’arrestation de Radovan Karadzic, la preuve est faite, selon Belgrade, de la collaboration du gouvernement avec le TPI-Y. Restent Mladic et Hadzic, toujours en cavale. Leur arrestation est érigée en préalable à toute avancée de la Serbie vers l’Union par les Pays-Bas, dont le veto empêche toujours la ratification de l’accord de stabilisation et d’association (ASA). Vuk Jeremic, le ministre serbe des Affaires étrangères, s’active pour franchir cette étape. Il devait se rendre lundi à Bruxelles pour rencontrer des représentants de la troïka européenne ainsi que son homologue néerlandais.

(suite…)



La Macédoine n’est pas au goût de la Grèce
16 janvier, 2009, 21:19
Classé dans : Grece,Macedoine

La dispute étymologique ne cesse de s’envenimer entre Skopje et Athènes. Sur une question qui reste anecdotique aux yeux de la plupart des membres de l’UE, les deux parties campent inflexiblement sur leurs positions. Rien ne vient apaiser ce litige diplomatique, bien au contraire.

7.jpg

Zagreb a la Slovénie. Plus au Sud, Skopje a la Grèce pour entraver sa progression vers l’Europe. Athènes considère que le terme Macédoine appartient de manière exclusive à son patrimoine historique et culturel. Son voisin du Nord avance ses propres arguments historiques : le territoire actuel de l’Ancienne République yougoslave de Macédoine (ARYM) faisait dans l’antiquité partie intégrante de la Macédoine d’Alexandre et de Philippe II. Comme dans le cas du Kosovo, chacun parvient à tirer de l’Histoire la démonstration de son bon droit.

(suite…)


123

va95 |
Brèves de canapé |
Aequalis |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Me Olicier PIERICHE
| Hélioparc, une bien sale hi...
| Point d'union des algériens...